Une supernova découverte au CFH: SN 1996D

Laurent Drissen, Carmelle Robert, Yvan Dutil et Jean-René Roy, Université Laval

C'est dans le but de déterminer les abondances de régions H II dans les galaxies de la Vierge avec MOS que deux d'entre nous (LD et YD) se sont rendus observer au CFH en février dernier. Les galaxies de la Vierge n'étant pas observables avant 22h30 au début février, nous avions prévu d'observer quelques galaxies riches en étoiles massives dans le cadre d'un projet "secondaire''. Parmi celles-ci, NGC 1614 devait nous surprendre.

NGC 1614 est une galaxie spirale, distante d'environ 65 Mpc, qui traverse une phase de sursaut de formation stellaire ("starburst"). Comme en font foi les "antennes" qui s'échappent du corps de la galaxie (voir l'image obtenue par Neff et al. (1990, AJ, 99, 1088) au CFH), NGC 1614 a subi une intéraction majeure il y a peu de temps. Interaction qui est probablement à l'origine de sa nature "starburst".

Après avoir obtenu une image V de la galaxie (Figure 8), nous avons fabriqué des masques permettant d'obtenir des spectres des principaux noeuds de formation d'étoiles massives. L'un de ces "noeuds" n'était de toute évidence pas présent dans les images obtenues auparavant. Le spectre MOS de cet objet (Figure 9), était typique de celui d'une supernova de type Ic quelques jours à peine après le maximum.

Les supernovae de type Ic, dont le spectre est caractérisé par l' absence d'hydrogène et d'hélium (du moins dans les premières semaines suivant l'explosion), sont assez rares et leur origine fait encore l'objet de débats. Il pourrait s'agir de cas extrèmes de supernovae Ib, soit des étoiles originellement très massives ayant perdu leurs couches externes; Filippenko et al. (1995, ApJ, 450, L11). Ou encore d'étoiles C-O de masse intermédiaire (2-5 Msun) membres d'un système binaire (Nomoto et al (1994, Nature, 371, 227). D'où l'importance de d'identifier le progéniteur de ces étoiles avant leur explosion.

Or, les archives du télescope spatial Hubble contenaient justement une image non publiée de NGC 1614, obtenue à la fin de 1994. En comparant notre image CFH avec l'image HST, nous pensons avoir identifié le précurseur de SN1996D. Il s'agit d'une étoile (ou d'un amas compact non résolu) ayant R ~ 25 (MR ~ -9 pour une distance de 65 Mpc). Il sera donc possible de déterminer la luminosité (et probablement la masse) de l'étoile progénitrice en ré-observant cette région avec le HST dans quelques années.

La découverte de SN1996D fut tout à fait accidentelle, mais elle met en évidence non seulement l'efficacité de MOS, mais aussi, et surtout, l'importance de se présenter au télescope avec une bonne réserve de projets "secondaires".





tmca@cfht.hawaii.edu
Copyright © 1997, Canada-France-Hawaii Telescope Corp. All rights reserved.